Ma douce France

"Douce France
Cher pays de mon enfance
Bercée de tendre insouciance..."

Peut-être pas tant d'insouciance finalement.

Hier je me suis couchée avec une boule au ventre, sachant que des choses graves se passaient ;
Ce matin, je me suis choquée, avec la gueule de bois (oui comme dimanche, la tequila en moins)

Il y a quelques jours 50 jeunes sont tombés sous les balles.

Hier soir, un monstre a assassiné un couple de policiers.
Et comble de l'horreur, il a fait cela devant leur petit garçon de 3 ans.

Cet enfant, aujourd'hui orphelin a 3 ans, 3 ans bordel !
Plus ou moins l'âge de mes Twix ! (qui ont 2 ans et demi et 4 ans et demi)

Leurs plus grands drames ont été la disparition de Mr jaune, 
leur poisson rouge (qui comme son nom l'indique, n'était pas rouge) 
et la casse de la petite Fiat 500 miniature de Twix.

Jusqu'ici je ne m'inquiétais pas pour eux,
ils auraient la même enfance que moi (les dinosaures et les mammouths en moins),
une enfance préservée, pleine de rires, de futilités, de joie, d'insouciance.

Quoi de plus normal pour des enfants ?

Mais plus le temps passe, plus je doute de cela.

Quel monde allons-nous leur laisser ?

Bien-sûr, ma conscience (Jiminy criquet de son petit nom)
me hurle de ne pas céder à la peur, qu'ils ne cherchent que ça.

Et je le sais, je le dis et le répète, je n'ai pas peur ! Pas peur pour moi du moins.
Moi je resterai libre et debout,
et si un terroriste arrive au coin de ma rue, je pourrai bien lui dire :

"Hey salut Jean-Jean !! T'as une tâche... pistache !
Et tu dois avoir une bien petite bite pour avoir besoin de te pavaner avec un si gros gun..."


(oui en vrai je dis bite moi aussi)

#VasYFaiSTaMaligne

Mais mon cœur de maman lui à peur pour mes enfants et pour les enfants de mes enfants.

Je ne veux pas d'un monde ou mes enfants vivraient dans la peur et la violence,
comme c'est déjà malheureusement le cas dans certaines régions du monde.

Et le pire dans tout ça, c'est que je suis bien incapable de dire si cette issue est évitable.

J'ai le sentiment inquiétant, que petit à petit nous nous habituons à ces drames
et que petit à petit ces drames deviennent une normalité.


"Douce France
Cher pays de mon enfance
Bercée de tendre insouciance
Je t'ai gardée dans mon cœur
..."


Ces paroles ne sont peut-être pas si fausses, cette douce France, tendre et insouciante,
n'est plus qu'un souvenir.
 (pour l'instant)
  

1 commentaire :

  1. Moi aussi je pense à ma fille à chaque fois que ça recommence.

    RépondreSupprimer

- A R T I C L E S _ R E C E N T S